Thiên Đồng

Les Envoyés Des Peuples Tributaires

2 bài viết trong chủ đề này

Les envoyés des peuples tributaires

Texte de Charles-Eudes Bonin

Posted Image Li Long-mien (1078). Les envoyées du royaume gouverné par une femme (Tibet oriental) Les dix peintures dues au pinceau de Li Long-mien (1078) donnent de précieuses indications sur les costumes et les produits des pays avec lesquels l'empire chinois, gouverné par la dynastie des Song (960-1260) contemporaine des premiers Capétiens, se trouvait en relations de voisinage et de suzeraineté dans la seconde moitié du XIe siècle ; de là l'intérêt qu'offre l'identification des « envoyés des peuples tributaires » peints sur ces petits tableaux :

1° Les Jouchen représentés ici appartiennent à la grande famille tatare-mandchoue et déjà, entre 700 et 900 après J.-C., leur branche méridionale avait fondé un important État-tampon entre la Corée et la Mandchourie ; au commencement du XIIe siècle, peu après la date du tableau, une autre de leurs tribus devait mettre fin à la dynastie des Song et fonder celle des Kin ou de « la Horde d'Or », qui régna plus d'un siècle sur la Chine (1115-1232) : il est particulièrement curieux de voir figurer ici parmi les tributaires les futurs maîtres de l'empire.

2° Les Hiong-nou ne sont autres que les Huns, et nous avons là une représentation authentique de la race des cavaliers qui, cinq siècles auparavant, avaient avec Attila inondé l'Europe, après avoir fourni plusieurs dynasties royales à la Chine au IVe et au Ve siècles ; ceux qui étaient restés au sud de la Sibérie et en Mongolie avaient été depuis lors soumis par les Jouchen.

3° Le royaume de Tou-fan désigne le Tibet ; c'est la transcription chinoise du nom de l'empire qui fut fondé vers le milieu du VIIe siècle de notre ère par le prince Srong-tsan Gampo et qui conclut avec la Chine plusieurs traités de paix et d'amitié durant la dynastie des T'ang (618-907). Le premier caractère Tou représente un mot tibétain qui signifie « élevé » et se retrouve dans le nom actuel du Tibet (dérivé de Tou-bod) ; le second, Fan, est employé par les Chinois pour désigner les indigènes non civilisés et plus spécialement ceux du Tibet oriental qu'ils nomment ordinairement Si-Fan, c'est-à-dire Fan de l'ouest (par rapport à la Chine). — Sur les rapports de la Chine et du Tibet on peut consulter le travail que je viens de faire paraître dans la Revue de Paris du 1er avril 1910.

4° Le royaume de Samarkand a été annexé par le conquérant chinois Li Shi-min dont l'empire s'étendait de la Corée à la Perse (Parker, China, p. 30) ; il avait renversé les dynasties turkes et tongouses de l'Asie centrale, et j'ai retrouvé et signalé les restes des fortifications élevées par ses successeurs pour garder la route qui menait de Chine au Turkestan (La Géographie, février-mars 1901).

5° Le royaume de Perse avait été, sinon annexé, du moins atteint sur ses frontières par les armées de Li Shi-min, auprès de qui son souverain s'était réfugié en demandant protection contre les musulmans ; la Chine se considérait donc depuis ce temps comme protectrice de la Perse.

6° Le royaume des Femmes d'après une tradition courante dans les livres chinois se trouvait dans la partie du Tibet oriental où il existe effectivement encore aujourd'hui des principautés gouvernées par des Tou-seu (chefs) féminins ; la place importante que tient la femme dans la société tibétaine a d'ailleurs vivement frappé les Chinois, si opposés à lui laisser ce rôle, et donné naissance à ces légendes sur « le pays où les femmes gouvernent ». Les mêmes placent dans cette région « le pays des licornes » et l'on remarque en effet sur le tableau de Li Long-mien un animal à corne unique au milieu des « envoyées du royaume des Femmes ».



Posted Image Li Long-mien (1078). Les envoyés du royaume Hiao-yi (Annam)

7° Les Barbares rouges seraient difficiles à identifier en raison du vague de cette dénomination si leur type et leur costume ne révélaient immédiatement qu'il s'agit des Lolos ; le grand manteau en forme de cloche et surtout la corne faite de cheveux enroulés avec un turban sur le sommet de la tête sont caractéristiques de cette race, qui formait au sud-ouest de la Chine une principauté dont la capitale se trouvait près de l'actuel Yunnan-sen avant la conquête mongole ; on a ainsi la preuve que leur costume n'a pas varié depuis mille ans au moins.

San-fotsi est l'ancien nom chinois de Palembang, le grand port de Sumatra, en malais Sembodja, qui est aussi le nom d'une plante, la Plumeuria acutifolia ; c'est seulement sous les Ming (1368-1643) que le tribut fut régulièrement payé par la Malaisie à l'empire chinois.

9° Le royaume de Pin-tong-long représente le pays de Padarang (d'autres disent Phan-rang), en chinois Pin-to-lo ou Pin-tun-lung, du sanscrit Panduranga, situé au sud de l'Annam actuel ; c'était une partie de l'ancien Champa que les Chinois ont connu sous le nom de Fou-nan.

10° Les Hiao-ji sont les Annamites, Giao-chi dans leur langue, ce qui signifierait, dit-on, « les orteils écartés » ; l'Annam paya tribut à la Chine depuis la dynastie des Sui (581-618) jusqu'à la période d'anarchie qui précéda l'avènement des Song.

En résumé, les peintures de Li Long-mien représentent les types des principales nations avec lesquelles les Chinois se trouvaient en contact il y a dix siècles et qui occupaient les territoires connus aujourd'hui sous le nom de Mandchourie (Jouchen), Mongolie (Hiong-nou), Perse, Turkestan (Samarkand), Tibet (Tou-fan et royaume des Femmes), Yunnan (Barbares rouges), Malaisie (San-fo-tsi) et Indo-Chine (Pin-tong-long et Hiao-ji) : le tout forme un album ethnographique de haute valeur par sa date et sa précision.

http://www.chineanci...u-musee-guimet/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un Jouet en pierre

 

Posted Image

 

Une voiture en pierre avec deux essieux et 4 roues datant d'environ 7500 années a été trouvée lors de fouilles dans le quartier de Kiziltepe de la province du sud-est de Mardin, et est maintenant exposée au musée de Mardin, en Turquie. L'archéologue Mesut Alp dit que la voiture jouet, qui est faite en pierre, date de l'âge de pierre tardif et elle pourrait avoir 7.500 années d'ancienneté.

 

Posted Image

 

Selon le directeur la Culture et du Tourisme de Mardin, Davut Beliktay, la voiture est comme une copie de voitures d'aujourd'hui. Il souligne également que la forme de cet ancien jouet ressemble à un tracteur.

Beliktay a également révélé que des jouets comme des poupées et des sifflets, également en pierre, ont été trouvés sur les sites de la région, " nous pensons que les sifflets et les poupées ont de 5.000 à 6.000 ans. Les sifflets sont encore en état de fonctionner ", a-t-il dit.

 

Posted Image

 

Dans l'exposition se trouve aussi une ancienne tablette de pierre inscrite avec une écriture. Suite à l'analyse historique exhaustive, l'écriture sur la pierre de 5 centimètres, qui a été découverte sur un site de fouilles sur la Butte Girnavas, à 4 km du quartier historique de Nusaybin, a été jugée comme étant le contenu d'un ancien titre de propriété.

Beliktay dit que l'écriture sur la tablette historique avait réussi à rester intacte au fil des ans en raison des excellentestechniques de conservation. Le texte, a-t-il expliqué, avait été gratté sur la surface argileuse avec un ongle (ou un outil fin), puis la tablette avait été placée dans un brûleur.

L'archéologue Alp a expliqué que le titre de propriété date de 2.800 années et se rapporte à la vente d'un jardin. Le contenu de l'acte a-t-il ajouté se réfère à un jardin de fruits et les arbres fruitiers dedans, qui doivent être répartis entre les trois fils du propriétaire. L'acte se réfère à "Nabulu" que Alp explique facilement puisque c'était en fait l'ancien nom de la Nusaybin actuel. Beliktay a confirmé que des informations complètes sur les deux trouvailles seront fournies bientôt.

Pourtant, l'élément le plus fascinant est le jouet de voiture ancienne. Certains ont suggéré que ce n'est pas une voiture, mais plutôt un char. Cependant, des chars n'ont généralement que deux roues et sont tirés par un animal.

 

Posted Image

 

Alors la question demeure : Est-ce que cette ancienne voiture-jouet pourrait-être la première preuve de l'invention et compréhension (au minimum) de la roue bien plus tôt qu'on ne voulait le dire (certains jouets très anciens avec roues en Amérique Latine et Egypte ont déjà étonné certains experts dans le passé) ?

http://myterieux.centerblog.net/10.html

Share this post


Link to post
Share on other sites